Du Street Art dans les forêts de l’Hérault

Et si la culture s’invitait en pleine nature?… Pour le découvrir, RDV vendredi 18 novembre à 11h dans le massif de La Gardiole où le Département présentera en direct le projet environnemental et culturel mis en place au coeur des forêts de l’Hérault.

Le Département est engagé depuis 1976 dans la préservation de la forêt héraultaise. Il s’appuie notamment sur un service DFCI (Défense de la Forêt Contre l’Incendie) avec 110 forestiers-sapeurs chargés de l’entretien de 2020 km de pistes, 17 tours de guet, 330 citernes d’eau et de la surveillance des massifs forestiers en cas de départs de feux.
Pour rendre plus agréables les circuits en nature, le Département a lancé récemment un programme de communication attractif et culturel : les circuits d’Art !

cp2-novembre2016

Au programme du vendredi 18 novembre : 7 oeuvres pour 7 citernes !

Un projet élaboré avec des collectifs d’artistes locaux

Le projet vise la création de deux parcours artistiques s’appuyant sur les équipements DFCI, en particulier les citernes (dont l’esthétique est parfois sujette à caution), en faisant appel à des collectifs d’artistes locaux.
Au printemps 2016, un appel à projets a été lancé auprès de structures morales associatives ou de collectifs d’associations, remporté par l’association Line Up et Collectif 411. Les artistes retenus sont de renommée locale et même internationale :

2 circuits concernés par le projet 2016
* Circuit du massif de La Gardiole : réalisation des oeuvres entre le 17 et le 20 novembre 2016
7 citernes dont 2 verticales. Le massif calcaire aux roches claires, est couvert par une végétation méditerranéenne. La lumière est crue, directe. Les promeneurs sont des péri-urbains et des touristes. Cet environnement nécessite selon nous une intervention forte en termes de techniques et d’esthétique.
Collectif : Line Up
Artistes : Vania, Eackone, Maye, Momies, Honk, Zest, et deux jeunes graffeurs locaux.
L’association Line Up a privilégié une approche formelle plus homogène, sans doute plus conforme aux techniques privilégiées par les street-artistes en proposant un parcours de peintures, toutes réalisées à la bombe acrylique, dans une ambition de proposer une « galerie à ciel ouvert » aux usagers de sentiers.
Ici, le paysage sert de cimaises, les citernes de châssis, le ciel d’éclairage, dans un traitement pictural où excellent ces artistes expérimentés de la scène urbaine.
De factures plus généralement abstraites, à l’exception notable de Maye avec son paysage calciné fantasmagorique , les propositions ont pour dénominateur commun la préoccupation de la peinture, de la couleur et du graffiti, déclinées sur différents registres : citation du milieu naturel et végétations abstraites pour Vania, subtil jeu chromatique et nuances transparentes d’Eackone, puissance picturale et graphique des oeuvres d’Honk et de Momies associés aux grandes citernes verticales, ou encore accumulations, strates et superpositions caractéristiques du travail de Zest. Dans une démarche particulièrement intégrée, le collectif a également proposé de construire un projet avec V.U, des graffeurs amateurs locaux, marquant le début du parcours par une proposition picturale attractive aux allures de vitrail.

 

* Circuit de Ferrals les Montagnes : réalisation des oeuvres entre le 25 et le 27 novembre 2016
5 citernes horizontales. Le climat est montagneux (altitude 895m), la lumière est douce et le circuit se situant sur un PR, le public qui le fréquentera devrait être à la fois constitué de randonneurs et de promeneurs de ce secteur rural.
Collectif : Collectif 411
Artistes : Chabeuh, Nikita / Swéo ; CSSJPG / Bérangère ; Cleps ; Sunny Jim / Zoulette
La réponse du Collectif 411 traduit une approche artistique et technique particulièrement diversifiée (collages, peintures, photographies, graphismes) rendant une proposition caractérisée par une grande mixité des genres et esthétiques, dans une démarche très cohérente et complémentaire, riche et dynamique. L’ensemble prend en compte globalement les attendus de l’appel à projet, dans la triple dimension environnementale, paysagère et humaine.
Cet environnement est apparu comme un terrain stimulant et propice aux interprétations artistiques, produisant des réponses sur un registre allégorique et fantastique (Chabeuh, Nikita / Swéo), sur lemode du paysage en miroir, reliant virtuel et naturel (CSSJPG / Bérangère), en évocation des missions d’entretien et de préservation de la forêt (Cleps) ou bien encore à travers la découverte du « Domaine du Prince » servant de décor à l’interprétation inédite au « Déjeuner sur l’herbe », jouant de l’histoire des arts au détour des sentiers de randonnée (Sunny Jim / Zoulette).
NB : on notera que trois réponses sur les cinq citernes ont été le fruit d’un travail à double main entre deux artistes associés, concrétisant un état d’esprit coopératif, ouvert et généreux, témoignant du plaisir de la rencontre dans un contexte très novateur au regard de leurs pratiques.

Des artistes à la rencontre des forestiers sapeurs et du public
Une période d’immersion a éte intégrée à cet appel à projets pour les street-artistes retenus. En juillet, ils ont passé quelques jours avec les forestiers-sapeurs pour s’imprégner de leur métier et de ses enjeux. Une vraie rencontre entre les artistes, les forestiers mais aussi les paysages du territoire. Les esquisses proposées sont des propositions uniques. Par leur art, elles prennent fait et cause pour la protection des forêts contre les incendies. En outre, la qualité des propositions et le caractère unique des oeuvres laissent supposer un prochain attrait touristique de ces itinéraires.
Enfin il est à souligner que chacun des collectifs s’est également engagé de façon gracieuse dans des actions pédagogiques dans le cadre de cet appel à projet. Pour le circuit de la Gardiole, un travail a été mené sur une citerne avec des jeunes pour proposer une oeuvre collective en lieu et place des tags existants. Concernant le circuit de Ferrals les Montagnes, en remerciement à la commune qui propose aux artistes un gîte pendant la période d’intervention, le collectif propose des ateliers de technique de street-art auprès des scolaires.
Les artistes réaliseront leur oeuvre au mois de novembre 2016 :
=> du 17 au 20 novembre : sur 7 citernes réparties dans le massif de La Gardiole
=> du 25 au 27 novembre : sur 5 citernes sur les chemins DFCI de Ferrals-les-Montagnes

Un projet pour porter les missions du Département
Avec ce projet, le Département compte mettre à profit les circuits de découverte et les chemins DFCI, pour partager avec un plus large public des missions portées par le conseil départemental liées à :
– la préservation du patrimoine
– la protection des biens et des personnes
– la valorisation de I’action des agents et des métiers
– l’accès aux arts visuels.
Quelques chiffres
Le montant du projet est de 22.500€
* 12.000€ pour le circuit de La Gardiole (7 citernes)
* 10.500€ pour le circuit de Ferrals-les-Montagnes (5 citernes)
A noter :
Le montant d’entretien des citernes de La Gardiole et de Ferrals-les-Montagnes représente 11.400€/an pour les 12 citernes. Sachant que les peintures déposées sur les citernes sont prévues pour une durée de deux ans minimum, l’opération « Circuit d’Art » représente un coût identique à l’entretien classique des citernes (sans oeuvre).